[home] [ccs] [index] [personnages] [actions] [interv] [vid] [e-mail] [hasard] [orange] [contrev] [tarot] [brassens] [enrich]
~ [help]

se k a se sujet les wazives nous dise+





La kestion du gouvernail  !?  La kestion 2 l amitier ??  Par notre komplissiter, celle ki nous fait survivre a tous les koups durs, cela ne se pose meme + !  Celle ki est aupres 2 moi, celle-la ke tu es, sans le moindre doute , je sais se ki me fiance d elle.  

& cessi est + fort meme ke la foi ((??))

    
L etape 2 la foi signe l avancement du monde pour lekel il est nessessaire d avoir pleine konfiance en soi & en les possibiliter 2 l ensemble sistemik.  L etape ki vient apres est celle 2 la desesperance, pour lakelle on va 2 l avant kar on n a 2 toute maniere + rien a perdre, ni 2 certitude ultime, mais k on va fondant sa soliditer sur tout se ki s ecroule((??))

    
1 autre chose k il est bon 2 komprendre est ke la kroiance religieuse & la « profession 2 foi  » en 1 absence 2 kroiance (si l on ose dire), a se stade du raisonement , ne sont pas des atitudes ki s oposent, kar se ki kompte c est la kaliter existentialiste ke l on done a la vie .  

C est en some se ke nous dit le poeme d Aragon paru dans
la Diane fransaise : « La rose & le reseda ».  

LA ROSE ET LE RSDA


                       
  Gabriel Pri et d'Estienne d'Orves
                       
comme Guy Moquet et Gilbert Dru.

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnire des soldats
Lequel montait l'chelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clart sur leur pas
Que l'un ft de la chapelle
Et l'autre s'y drobt
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux taient fidles
Des lvres du cœur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les bls sont sous la grle
Fou qui fait le dlicat
Fou qui songe ses querelles
Au cœur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gle
Lequel prfre les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Nos sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie trpas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Rptant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Mme couleur mme clat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule et se mle
la terre qu'il aima
Pour qu' la saison nouvelle
Mrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flte ou violoncelle
Le double amour qui brla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le rsda


.  

1 ereur
komune & 2 mauvais augure serait 2 konfondre la desesperance avec le nihilisme .  1 poeme ki depeint nettement le nihilisme sous sa version scientiste est la chanson « Le Grand Pan », 2 Georges Brassens((??))

    
1

Du temps
que rgnait le grand Pan
Les dieux protgeaient les ivrognes :
Un tas de gnies titubant,
Au nez rouge la rouge trogne.
Ds qu'un homme vidait les cruchons,
Qu'un sac vin faisait carousse
Ils venaient en bande, ses trousses,
Compter les bouchons.
La plus humble piquette tait alors bnie,
Distille par No, Silne et compagnie.
Le vin donnait un lustre au pire des minus,
Et le moindre pochard avait tout de Bacchus...

Mais, se touchant le crne en criant : « J'ai trouv ! »
La bande au professeur Nimbus est arrive
Qui s'est mise frapper les cieux d'alignement,
Chasser les dieux du firmament.

Aujourd'hui et l les gens boivent encore,
Et le feu du nectar fait toujours luire les trognes,
Mais les dieux ne rpondent plus pour les ivrognes :
Bacchus est alcoolique et le grand Pan est mort .


2

Quand deux imbciles heureux
S'amusaient des bagatelles
Un tas de gnies amoureux
Venaient leur tenir la chandelle.
Du fin fond des Champs Elyses
Ds qu'ils entendaient un « je t'aime »
Ils accouraient l'instant mme
Compter les baisers.
La plus humble amourette tait alors bnie,
Sacre par Aphrodite, Eros et compagnie.
L'amour donnait un lustre au pire des minus
Et la moindre amoureuse avait tout de Vnus.

Mais, se touchant le crne en criant : « J'ai trouv ! »
La bande au professeur Nimbus est arrive
Qui s'est mise frapper les cieux d'alignement,
Chasser les dieux du firmament.

Aujourd'hui et l, les cœurs battent encore
Et la rgle du jeu de l'amour est la mme
Mais les dieux ne rpondent plus de ceux qui s'aiment :
Vnus s'est faite femme et le grand Pan est mort .


3

Et quand fatale, sonnait l'heure
De prendre un linceul pour costume,
Un tas de gnies l'œil en pleur,
Vous offraient des honneurs posthumes.
Pour aller au cleste empire
Dans leur barque ils venaient vous prendre.
C'tait presque un plaisir de rendre
Le dernier soupir.
La plus humble dpouille tait alors bnie,
Embarque par Caron, Pluton et compagnie.
Au pire des minus l'me etait accorde
Et le moindre mortel avait l'ternit.

Mais, se touchant le crne en criant : « J'ai trouv ! »
La bande au professeur Nimbus est arrive,
Qui s'est mise frapper les cieux d'alignement,
Chasser les dieux du firmament.

Aujourd'hui et l les gens passent encore
Mais la tombe est, hlas! la dernire demeure
Et les dieux ne rpondent plus de ceux qui meurent :
La mort est naturelle et le grand Pan est mort .


*

Et l'un des dernier dieux, l'un des derniers suprmes,
Ne doit plus se sentir tellement bien lui mme.
Un beau jour on va voir le Christ,
Descendre du calvaire en disant dans sa lippe :
« Merde ! je ne joue plus pour tous ces pauvres types !
  J'ai bien peur que la fin du monde soit bien triste. »


.  


.

[Sakura et Tomoyo]

    <<          >>    













....

Cette page a déjà été consultée 21049 fois.

  [Œuvre d'Escape, 1990-2015 (achevée, présentée au monde), auteur initial : Escape, France].  
  Copyleft : cette œuvre est libre, vous pouvez la copier, la diffuser et la modifier selon les termes de la Licence Art Libre http://www.artlibre.org