[home] [ccs] [index] [personnages] [actions] [interv] [vid] [e-mail] [hasard] [orange] [contrev] [tarot] [brassens] [enrich]
~ [help]

les enfants





➤ Dat du 18 juillet 2007; recopi le 20 mai 2010 :






 
 
 Si ma belle au temps neuf alanguit d'abandon   
 Mon archet et ma voix accordés en complainte   
 Sauront sourdre unisson l'accordé cœur sanguin   
 Et le rythme anodin du bonheur goutte à goutte   
 
.C'est mon vœu rien de plus vivre en plein ma déroute   
 
 
 Dans ce parc où enfants jouent de balle et guidon   
 Ma carcasse amoureuse amplifie ses atteintes   
 Ralenti désirable à mes yeux dans l'écrin   
 Et le sable englouti disparaît en travail   
 
.Parturiente attendrie tu souffres du corail   
 
 
 Passe en boucle attitude éreintée du bourdon   
 Le printemps se duplique en l'honneur des jacinthes   
 La flore une avérée se répand en parfums   
 Et l'abeille ou l'humain s'entichant de l'attrape   
 
.À ton air je pressens le début des agapes   
 
 
 Que dirai-je à Saturne ébranleur des tachyons
((??))

    
Les tachyons sont les particules qui remontent le cours du temps, allant plus vite que la vitesse-limite (dans la thorie physique actuelle).  Saturne est le dieu du temps, que les Grecs appellent Chronos.  Tout comme Posidon, le dieu des ocans, tait appel « branleur de la mer », Saturne est ici appel (c'est un lger jeu de mots) « branleur des tachyons ».  On veut aussi dire que ce dieu, si l'en est un, a le pouvoir de renverser le cours du temps tel qu'il se prcise aux abords du pome.  Charles Baudelaire a crit un pome sur l'Horloge, « dieu sinistre, effrayant, impassible »; je le donne ici : ((??))

    
Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : « 
Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi
Se planteront bientt comme dans une cible;

Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse;
Chaque instant te dvore un morceau du dlice
chaque homme accord pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote :
Souviens-toi ! —— Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j'ai pomp ta vie avec ma trompe immonde !

Remember !  Souviens-toi !   prodigue !  Esto memor !
(Mon gosier de mtal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel foltre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lcher sans en extraire l'or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, tout coup! c'est la loi,
Le jour dcrot; la nuit augmente;
souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif; la clepsydre se vide.

Tantt sonnera l'heure o le divin Hasard,
O l'auguste Vertu, ton pouse encor vierge,
O le repentir mme (oh! la dernire auberge !),
O tout te dira : Meurs, vieux lche ! il est trop tard ! »




    
 À son air belliqueux éventant toute feinte   
 Quand pollens et pistils en seront sur leur fin   
 Et que l'heur d'être unis même en âme aura fui   
 
.Autoroute élargie hier demain aujourd'hui   
 
 
 Les enfants se récrient en récrés et pardons   
 Une idole attitrée leur fournit quelque crainte   
 C'est l'instant où la soif fait bouger et la faim   
 Et l'envie dont se meut le jardin en fusion   
 
.À vrai dire en ce lieu le bonheur est lésion   
 
 
 Le cerceau qu'on bouscule on bascule à tâtons   
 Là se jouent et se nouent les liaisons qui se teintent   
 De couleur carnation ou d'un ton rouge plain   
 Et la chaîne immuable agençant les poignets   
 
.Des enfants s'accouplant en cercles bien soignés
((??))

    
Le pome bnficie d'une certaine imprcision.  Je le rapproche, fort arbitrairement, de ce pome d'Andr Breton paru en 1948 :

SUR LA ROUTE DE SAN ROMANO


La posie se fait dans un lit comme l'amour
Ses draps dfaits sont l'aurore des choses
La posie se fait dans les bois

Elle a l'espace qu'il lui faut
Pas celui-ci mais l'autre que conditionnent

            L'œil du milan
La rose sur une prle
Le souvenir d'une bouteille de Traminer embue sur un plateau d'argent
Une haute verge de tourmaline sur la mer
Et la route de l'aventure mentale
Qui monte pic
Une halte elle s'embroussaille aussitt

Cela ne se crie pas sur les toits
Il est inconvenant de laisser la porte ouverte
Ou d'appeler des tmoins

            Les bancs de poissons les haies de msanges
Les rails l'entre d'une grande gare
Les reflets des deux rives
Les sillons dans le pain
Les bulles du ruisseau
Les jours du calendrier
Le millepertuis

L'acte d'amour et l'acte de posie
Sont incompatibles
Avec la lecture du journal haute voix

            Le sens du rayon de soleil
La lueur bleue qui relie les coups de hache du bcheron
Le fil du cerf-volant en forme de cœur ou de nasse
Le battement en mesure de la queue des castors
La diligence de l'clair
Le jet de drages du haut des vieilles marches
L'avalanche

La chambre aux prestiges
Non messieurs ce n'est pas la huitime Chambre
Ni les vapeurs de la chambre un dimanche soir

            Les figures de danse excutes en transparence au-dessus des mares
La dlimitation contre un mur d'un corps de femme au lancer de poignards
Les volutes claires de la fume
Les boucles de tes cheveux
La courbe de l'ponge des Philippines
Les lacs du serpent corail
L'entre du lierre dans les ruines
Elle a tout le temps devant elle

L'treinte potique comme l'treinte de chair
Tant qu'elle dure
Dfend toute chappe sur la misre du monde


.

    

    <<          >>    













....

Cette page a déjà été consultée 2787 fois.

  [Œuvre d'Escape, 1990-2015 (achevée, présentée au monde), auteur initial : Escape, France].  
  Copyleft : cette œuvre est libre, vous pouvez la copier, la diffuser et la modifier selon les termes de la Licence Art Libre http://www.artlibre.org