[home] [ccs] [index] [personnages] [actions] [interv] [vid] [e-mail] [hasard] [orange] [contrev] [tarot] [brassens] [enrich]
~ [help]

ℓes enfants





➤ Dater du 18 juiℓℓet 2007; recopier ℓe 20 mai 2010 :






 
 
 Si ma beℓℓe o temps neuf aℓanguit d abandon   
 Mon archet & ma voys accordés en kompℓainte   
 Sauront sourdre unisson ℓ accordé cœur sanguin   
 Et ℓe rithme anodin du bonheur goute à goute   
 
.C est mon vœu rien 2 + vivre en pℓein ma déroute   
 
 
 Dans se parc où enfants joue+ 2 baℓe & guidon   
 Ma karcasse amoureuse ampℓifie ses ateintes   
 Raℓenti désirabℓe à mes yeus dans ℓ écrin   
 Et ℓe sabℓe engℓouti disparaît en travaiℓ   
 
.Parturiente atendrie tu souffres du koraiℓ   
 
 
 Passe en boucℓe atitude éreintée du bourdon   
 Le printemps se dupℓik en ℓ honeur des jassinthes   
 La fℓore 1 avérée se répand en parfums   
 Et ℓ abeiℓℓe ou ℓ humain s entichant 2 ℓ attrape   
 
.À ton air je pressens ℓe début des agapes   
 
 
 Ke dirai-je à Saturne ébranℓeur des tachions
((??))

    
Les tachions son+ ℓes particuℓes ki remontent ℓe kours du temps, aℓant + vite ke ℓa vitesse-ℓimite (dans ℓa theorie phisik actueℓℓe).  Saturne est ℓe dieu du temps, ke ℓes Grecs apeℓℓe+ Kronos.  Tout kom Poseidon, ℓe dieu des osseans, etait apeℓer « ebranℓeur 2 ℓa mer », Saturne est issi apeℓer (c est 1 ℓeger jeu 2 mots) « ebranℓeur des tachions ».  On veut aussi dire ke se dieu, si ℓ en est 1, a ℓe pouvoir 2 renverser ℓe kours du temps teℓ k iℓ se pressise o abords du poeme.  Charℓes Baudeℓaire a ekrit 1 poeme sur ℓ Horℓoge, « dieu sinistre, effraiant, impassibℓe »; je ℓe done issi : ((??))

    
Horℓoge ! dieu sinistre, effrayant, impassibℓe,
Dont ℓe doigt nous menace et nous dit : « 
Souviens-toi !
Les vibrantes Douℓeurs dans ton coeur pℓein d'effroi
Se pℓanteront bientt comme dans une cibℓe;

Le pℓaisir vaporeux fuira vers ℓ'horizon
Ainsi qu'une syℓphide au fond de ℓa couℓisse;
Chaque instant te dvore un morceau du dℓice
chaque homme accord pour toute sa saison.

Trois miℓℓe six cents fois par heure, ℓa Seconde
Chuchote :
Souviens-toi ! —— Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j'ai pomp ta vie avec ma trompe immonde !

Remember !  Souviens-toi !   prodigue !  Esto memor !
(Mon gosier de mtaℓ parℓe toutes ℓes ℓangues.)
Les minutes, morteℓ foℓtre, sont des gangues
Qu'iℓ ne faut pas ℓcher sans en extraire ℓ'or !

Souviens-toi que ℓe Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, tout coup! c'est ℓa ℓoi,
Le jour dcrot; ℓa nuit augmente;
souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif; ℓa cℓepsydre se vide.

Tantt sonnera ℓ'heure o ℓe divin Hasard,
O ℓ'auguste Vertu, ton pouse encor vierge,
O ℓe repentir mme (oh! ℓa dernire auberge !),
O tout te dira : Meurs, vieux ℓche ! iℓ est trop tard ! »




    
 À son air beℓℓikeus éventant toute feinte   
 Kand poℓens & pistiℓs en seront sur ℓeur fin   
 Et ke ℓ heur d être unis même en âme aura fui   
 
.Autoroute éℓargie ier demain aujourdui   
 
 
 Les enfants se récrient en récrés & pardons   
 Une idoℓe atitrée ℓeur fournit keℓk krainte   
 C est ℓ instant où ℓa soif fait bouger & ℓa faim   
 Et ℓ envie dont se meut ℓe jardin en fusion   
 
.À vrai dire en se ℓieu ℓe bonheur est ℓésion   
 
 
 Le cerceau k on bouscuℓe on bascuℓe à tâtons   
 Là se jouent & se nouent ℓes ℓiaisons ki se teintent   
 De kouℓeur karnation ou d un ton rouge pℓain   
 Et ℓa chaîne immuabℓe agençant ℓes poignets   
 
.Des enfants s accoupℓant en cercℓes b1 soignés
((??))

    
Le poeme benefissie d une certaine impressision.  Je ℓe rapproche, fort arbitrairement, 2 se poeme d Andrer Breton paru en 1948 :

SUR LA ROUTE DE SAN ROMANO


La posie se fait dans un ℓit comme ℓ'amour
Ses draps dfaits sont ℓ'aurore des choses
La posie se fait dans ℓes bois

Eℓℓe a ℓ'espace qu'iℓ ℓui faut
Pas ceℓui-ci mais ℓ'autre que conditionnent

            L'œiℓ du miℓan
La rose sur une prℓe
Le souvenir d'une bouteiℓℓe de Traminer embue sur un pℓateau d'argent
Une haute verge de tourmaℓine sur ℓa mer
Et ℓa route de ℓ'aventure mentaℓe
Qui monte pic
Une haℓte eℓℓe s'embroussaiℓℓe aussitt

Ceℓa ne se crie pas sur ℓes toits
Iℓ est inconvenant de ℓaisser ℓa porte ouverte
Ou d'appeℓer des tmoins

            Les bancs de poissons ℓes haies de msanges
Les raiℓs ℓ'entre d'une grande gare
Les refℓets des deux rives
Les siℓℓons dans ℓe pain
Les buℓℓes du ruisseau
Les jours du caℓendrier
Le miℓℓepertuis

L'acte d'amour et ℓ'acte de posie
Sont incompatibℓes
Avec ℓa ℓecture du journaℓ haute voix

            Le sens du rayon de soℓeiℓ
La ℓueur bℓeue qui reℓie ℓes coups de hache du bcheron
Le fiℓ du cerf-voℓant en forme de cœur ou de nasse
Le battement en mesure de ℓa queue des castors
La diℓigence de ℓ'cℓair
Le jet de drages du haut des vieiℓℓes marches
L'avaℓanche

La chambre aux prestiges
Non messieurs ce n'est pas ℓa huitime Chambre
Ni ℓes vapeurs de ℓa chambre un dimanche soir

            Les figures de danse excutes en transparence au-dessus des mares
La dℓimitation contre un mur d'un corps de femme au ℓancer de poignards
Les voℓutes cℓaires de ℓa fume
Les boucℓes de tes cheveux
La courbe de ℓ'ponge des Phiℓippines
Les ℓacs du serpent coraiℓ
L'entre du ℓierre dans ℓes ruines
Eℓℓe a tout ℓe temps devant eℓℓe

L'treinte potique comme ℓ'treinte de chair
Tant qu'eℓℓe dure
Dfend toute chappe sur ℓa misre du monde


.

    

    <<          >>    













....

Cette page a déjà été consultée 35349 fois.

  [Œuvre d'Escape, 1990-2015 (achevée, présentée au monde), auteur initial : Escape, France].  
  Copyleft : cette œuvre est libre, vous pouvez la copier, la diffuser et la modifier selon les termes de la Licence Art Libre http://www.artlibre.org