[home] [ccs] [index] [personnages] [actions] [interv] [vid] [e-mail] [hasard] [orange] [contrev] [tarot] [brassens] [enrich]
~ [help]

seul sur le devant de la vie —— I, 4





Mais il est difficile d'en parler [de cette magnificence] sans que se dévalue la chose tant aimée, l'Amour qui transporte.  Par pudeur, je me revêts d'une peau de bête et me donne pour une sorte de prophète du cynisme, ou de poète détrempé.  Je crie !  Amour, tu descends parmi les hommes comme un fou, tu manipules leurs données fondamentales, tu traînes chacun comme un bestiau et en justice, tu n'as de cesse de nous démontrer qu'il est une valeur d'au-dessus de nous tous, une crevure d'horizon vertical, une déchirure de ciel, d'où tombent négligemment tous les rayons de miel de l'entente enfin réalisée.  Amour, je ne regrette certes pas que tu sois ce dieu cruel...

    <<          >>    













....

Cette page a déjà été consultée 3687 fois.

  [Œuvre d'Escape, 1990-2015 (achevée, présentée au monde), auteur initial : Escape, France].  
  Copyleft : cette œuvre est libre, vous pouvez la copier, la diffuser et la modifier selon les termes de la Licence Art Libre http://www.artlibre.org