[home] [ccs] [index] [personnages] [actions] [interv] [vid] [e-mail] [hasard] [orange] [contrev] [tarot] [brassens] [enrich]
~ [help]

le ors-caste





L assembleur exposait son desagrement a la foule assembler, mais ke komunikait-il donc ?  Seulement du desagrement ?  1 peu + loin, 1 professeur a l activiter sanctionner komunikait egalement avec 1 foule...  Dira-t-on ke son discours portait ?  & pourkoi le transport 2 desagrement du premier ateindrait - le but ke les discours façonner o tour du dernier ?  Ou b1, sous-entendrait-on ke les elements d humeur vehiculent mal ?  Mais, c est justement se ki porte.  

§.2  En veriter, le dernier kroiait encore a sa mission civilisatrisse, tandis ke le premier voyait au-dela.  C est pourkoi celui ki n esperait deja + rien 2 son ministere, mini-acteur sossial, l emportait 2 si loin sur le maxi-acteur, ki s illusionait tant sur son maxigistere((??))

    
Le sens komun konsidere ke, lorsk on enseigne 1 notion nouvelle a 1 vaste kantiter 2 persones, des gens fins aussi b1 ke des - fins, des subtils aussi b1 ke des - subtils, des kultiver aussi b1 ke 2 - kultiver... il s ensuit ke les inegaliter intellectuelles entre les gens son+ peu a peu kombler, —— ke l on « repare » le partage inegalitaire des konaissances, en kelk sorte...  

En veriter, c est exactement l inverse ki se produit : on accroit l inegaliter kulturelle, kom le raisonement ki suit le montre fort klairement :  

    Nous pouvons poser kom 1 premiere approximation ke, + 1 individu maitrise 2 notions, + il est « a l aise » mentalement parlant.  Posons donc ke la puissance d un individu varie kom le nombre 2 notions k il maitrise, ou, mieus, kom le nombre 2 konexions k il peut etablir entre les notions k il maitrise.  

Etudions desormais se ki se passe lorsk on enseigne avec succes 1 nouvelle notion a deus persones, l une ki maitrise deus fois + 2 notions ke l autre (mettons : 100 & 200 notions, pour fixer les ider; mais le raisonement reste valable kelkes soie+ les nombres k on choisit).  

Pour celui ki maitrise 100 notions, la notion nouvelle represente 100 konexions nouvelles ki s etablissent dans sa kulture.  Pour celui ki en maitrise 200, c est le double 2 konexions ki se kreent lors 2 l apprentissage, soit 200 konexions nouvelles.  

Il s ensuit ke, s il y avait 1 certaine difference 2 puissance entre c deus persones, 7 difference 2 puissance est maintenant
encore + forte, aiant augmenter 2 100 konexions ki kreusent l ecart (100 etant l ecart entre les 200 nouvelles du kultiver & les 100 nouvelles du - kultiver).  


puissance = a


   
puissance = b


       Difference 2 puissance : b - a = 1 certain nombre

nouvelle puissance = a + 100


   
nouvelle puissance = b + 200


       Difference 2 puissance : (b + 200) - (a + 100) = 100 2 + k avant
   


—— Le raisonement reste valable meme si on pose ke les konexions ne koncernent pas forceman deus notions prises entre elles (mais eventuelleman 1 autre nombre), ou si l on pense ke l influence d une notion sur les voysines est pour l essentiel limiter.  Dans se kas, l ecart entre les puissances des deus individus se kreuse kom 1 certaine puissance p 2 la difference d ackisition (200 - 100), ou p est 1 nombre strictement positif((??))

    
En voyssi 1 demonstration + rigoureuse pour ceus ki maitrisent les mathematikes.  Pour 1 individu maitrisant deja n notions, sa puissance intellectuelle varie kom le nombre 2 konexions k il peut etablir entre c n notions.  Dans le kas ou les konexions se font entre 2 notions distinctes, cela done n(n-1)/2 konexions, c est-a-dire 1 O(n2).  De maniere generale, si les konexions se font entre r notions distinctes (r 1 nombre entier), la puissance intellectuelle est 1 O(nr).  Le resultat reste valide si les konexions se font en moienne entre r notions distinctes, r n etant + forceman entier.  De toutes les valeurs possibles 2 r, nous excluons celles pour leskelles il est inferieur ou egal a 1, kar elles koresponde+ en pratik a 1 maniere d engranger les notions ki exclut toute kapassiter d assossiation ou d imagination (se n est *pas* se ki arive en kas d apprentissage reussi).  Il s ensuit ke r > 1.  

Le kreusement d ecart 2 puissance entre deus individus don+ la difference 2 puissance avant apprentissage est ΔP est donc differentielle 2 Pr, c est-a-dire k il est proportionel a
r.Pr-1.ΔP.  Mais kom r > 1, l ecart se kreuse donc toujours, & il se kreuse meme d autant + ke le temps avance, koncourant 2 se fait a l institution 2 klasses mentales b1 disjointes
((??))

    
Donner 2 maniere rigoureuse, notre demonstration se fonde sur katre ipotheses, ke nous justifions diverseman, & ki sont :  

(a)  on peut denombrer les notions maitriser par 1 individu, & se faisant, l ereur ke l on komet est marginale (si on en kompte certaines plusieurs fois);  
(b)  il existe 1 puissance intellectuelle 2 l individu, dependante lineairement du nombre 2 konexions entre notions k il maitrise;  
(c)  la majeure partie 2 c konexions mobilise+ o - deus notions distinctes;  
(d)  lorsk une nouvelle notion est ackise, elle tend a former des konexions avec la plupart des notions deja maitriser.  

Ces katre ipotheses etant admises, la puissance P d un individu est donc 1 certaine fonction P0.
nr, ou P0 est 1 konstante positive, n est le nombre 2 notions maitriser, & r est le nombre moien 2 notions par konexion.  Notre resultat s ensuit alors sans probleme.  

L hipothese
(a) est autement pertinente kar les notions ne se recouvrent pas o point ke toute taxonomie soit inefissiente.  L hipothese (b) est tout a fait raisonable, kar sur koi baser la puissance si se n est sur la kapassiter 2 kreer des liens entre notions ?  Meme si la puissance ne variait pas kom le nombre 2 konexions, elle varierait alors kom 1 fonction minorer par 1 grand O du nombre 2 konexions, se ki revient o meme pour l argument.  Kant o ipotheses (c) & (d), se sont les + diffissiles a justifier sans laisser prise a la kritik.  Pour se ki koncerne (c), nous pensons ke le nombre r est 2 l ordre 2 2, se ki demontre notre resultat.  Cependant il sufit k il soit > 1 pour ke le resultat soit valide, or nous pensons ke c est evidement le kas, kar 1 valeur 2 r inferieure ou egale a 1 denoterait 1 esprit ne liant pas entre elles les notions k il emagasine, se ki n est certainement *pas* le kas d un apprenant.  Pour finir, la justification 2 l hipothese (d) demande 1 peu d efort : nous pensons pour notre part ke toute nouvelle notion se konecte a *toutes* les notions deja ackises, kar nous pensons ke l esprit umain est autement konectif.  Si tel est le kas, notre resultat tient.  Cependant, on pourait nous objecter ke l esprit umain n est pas si konectif ke cela, & k une nouvelle notion n a k un impact 2 + en + limiter lorsk elle s ajoute 2 façon marginale.  + pressiseman, si Δn est l accroissement du nombre 2 notions, & n le nombre 2 notions deja maitriser, la proportion q 2 notions koncerner par les nouvelles konexions peut etre vue kom 1 fonction 2 (Δn / n).  Si 7 fonction est minorer par 1 valeur non nule independante 2 l individu en 0, alors notre resultat kontinue d etre valide.  Mais si elle s anule en (Δn / n) (pour Δn non nul), alors notre resultat n est + valide.  Cependant, nous tenons ke se dernier kas est autement improbable, kar en efet, se ki diminue 7 valeur o point 2 l anuler, c est le fait ke les notions se regroupent par champs thematikes n interagissant pas entre eus.  Or kiconk fait l experience du langage sait b1 k au kontraire les champs thematikes on+ tendance a kreer des interactions entre eus, ne serait-ce ke par analogies ou par metaphores.  On a meme des champs thematikes ki « centralisent » les analogies & font figure 2 « plakes tournantes », tels ke les konsiderations spatiales, la logik, & la sexualiter.  Par konsekent, nous avons d excellentes raisons 2 penser ke (d) ne pose non + aucun probleme, —— et donc notre resultat tient.  


.  


.  


On voyt ainsi ke le fait d enseigner 2 nouvelle notions, s il se limite a faire en sorte ke les gens les « maitrise+ », n a pas du tout pour efet 2 reduire les inegaliter d ordre kulturel ou intellectuel, mais... les kreuse davantage.  L enseignant ou le professeur (fut-il professeur 2 philosophie) travaille donc objectivement a entretenir la separation des klasses « mentales » & se, kan b1 meme il est persuader d agir d une maniere konforme a des ideaus 2 gauche.  

Il est vrai ke, en enseignant 1 nouvelle notion a tout le peuple, si on kreuse l ecart entre les kompetences, en revanche on accroit la kompetence generale, y kompris celle des + faibles.  Neanmoins, l ecart se kreuse, se ki fait douter 2 la porter sossiale d un tel acte.  De +, on n a pas tenu kompte du fait ke 7 accroissement des kompetences va 2 pair avec 1 phenomene d usure par lekel les nouvelles kompetences se depressient o fur & a mesure ke le temps passe (eventuellement tres lenteman, mais jamais 2 fason nule).  

Pour finir, le lecteur poura demander :
« Si meme le fait d enseigner a tous 2 nouvelles notions engendre + d inegaliter, k est-ce ki est donc en mesure 2 reduire l inegaliter kulturelle ? »   Reduire 7 inegaliter est en efet possible en theorie kom en pratik, mais, sur les moiens 2 s y prendre, nous konsacrerons 1 autre note.  


...

    <<          >>    













....

Cette page a déjà été consultée 7956 fois.

  [Œuvre d'Escape, 1990-2015 (achevée, présentée au monde), auteur initial : Escape, France].  
  Copyleft : cette œuvre est libre, vous pouvez la copier, la diffuser et la modifier selon les termes de la Licence Art Libre http://www.artlibre.org